ACTUALITÉS

Les Magritte du Cinéma
10e édition - 1er février 2020

24 janvier 2020 - 09:38:31

Meilleur film 2020: les nominations

Si Duelles et Le Jeune Ahmed peuvent faire figure de favoris eu égard à leur nombre de nominations et aux brillants palmarès de leurs auteurs et producteurs, les 3 outsiders de cette catégorie n’ont pas à rougir de leur pedigree, mettant en lumière deux premiers films et un cinéaste émergent, et des sociétés de production qui trustent désormais les premières places du podium.


Avec Duelles, Olivier Masset-Depasse livre un thriller psychologique au féminin implacable axé autour de deux femmes en perdition, deux mères louves et madones à la fois, transfigurées par leur instinct maternel. Sans en dire plus sur le dénouement de l’inévitable affrontement final, Duelles tient autant ses promesses esthétiques que narratives, Olivier Masset-Depasse prouvant au passage, après deux premiers films déjà radicalement différents, son aisance à s’emparer d’un genre et de ses ressorts esthétiques pour servir son projet cinématographique.

Duelles, 10 nominations au total, est produit par Jacques-Henri Bronckart pour Versus Production, dont c’est la 9e nomination dans cette catégorie, déjà remportée en 2012 pour Les Géants, en 2013 pour A perdre la raison et en 2017 pour Les Premiers les derniers. Versus est également coproducteur de De Patrick, nominé cette année pour le Magritte du Meilleur film flamand et produit par Savage Film.



Avec Le Jeune Ahmed, et ses 9 nominations, les frères Dardenne reviennent à l’ADN de leur cinéma, le portrait complexe, aussi pudique que direct d’un jeune garçon que rien ne parvient à dévier du destin mortifère qu’il s’est créé. S’attaquant de front à un sujet follement complexe voire périlleux, la radicalisation islamiste, les Dardenne le passent au filtre de leur cinéma, un cinéma direct empli d’humanisme, pudique, mais sans concession.

Le Jeune Ahmed est produit par Jean-Pierre et Luc Dardenne pour Les Films du Fleuve. C’est la 3e fois que les frères Dardenne sont nominés en tant que producteurs (de films dont ils sont aussi les réalisateurs) dans cette catégorie, qu’ils ont déjà remportée en 2015 pour Deux Jours une nuit. Ils sont également nominés cette année à deux reprises, avec leur collaboratrice Delphine Tomson, en tant que producteurs dans la catégorie Meilleur film étranger en coproduction pour Les Frères Sisters de Jacques Audiard et Sorry We Missed You de Ken Loach.



Dans Lola vers la mer, 7 nominations, Laurent Micheli dresse le portrait d’une jeune fille transgenre qui va devoir se réconcilier avec les fantômes du passé pour faire la paix avec son père, et avec elle-même. Elle est incarnée par Mya Bollaers, jeune comédienne transgenre dont c’est le premier rôle. Un choix militant de la part du réalisateur, de donner à voir des corps et des visages que l’on ne voit que trop peu à l’écran, de créer une fiction par et pour une minorité. 

Lola vers la mer est produit par Benoît Roland pour Wrong Men. C’est la 4e nomination dans cette catégorie pour la jeune société de production, après Préjudice en 2016, Parasol en 2017, et La Part Sauvage en 2019. Wrong Men est également lié cette année à un nominé dans la catégorie Meilleur film flamand,Cleo, et un film en lice pour le Meilleur court métrage de fiction, Lucia en el limbo.



Avec Nuestras Madres, 6 nominations, César Diaz dresse à travers l’histoire de son héros, Ernesto ,et de son entourage, le portrait d’une résilience collective, celle des victimes de la dictature militaire guatémaltèque. Le film surgit comme un cri dans le silence historique qui entoure ce massacre méconnu, dont les victimes furent essentiellement des Indiens, et raconte la destinée déchirante d’une mère et son fils. Le réalisateur a reçu la Caméra d’or lors du dernier Festival de Cannes.

Nuestras Madres est produit par Géraldine Sprimont pour Need Productions. Il s’agit d’une deuxième nomination dans cette catégorie pour la société, après celle de Beyond the Steppes de Vanja d’Alcantara en 2012. Nuestras Madres est en lice dans 6 catégories, dont celles du Meilleur film et du Meilleur premier film.



Avec Seule à mon mariage, 3 nominations, Marta Bergman livre un premier long métrage de fiction comme un coup de vent frais et vivifiant, qui suit l’envolée de Pamela, jeune femme forte, déterminée, touchante et mordante à la fois, partie trouver la vie qu’elle mérite. Avec ce premier long métrage de fiction, Marta Bergman creuse le sillon d’une oeuvre commencée du côté du documentaire, notamment avec Clejani, Heureux Séjour, et surtout Un jour mon prince viendra

Seule à mon mariage est produit par Jean-Yves Roubin et Cassandre Warnauts pour Frakas Production, dont c’est la première nomination dans cette catégorie, même si la société a déjà été associé au Magritte du Meilleur film flamand l’année dernière, Girl, et remporté celui du Meilleur film étranger en coproduction en 2018 pour Grave. C’est d’ailleurs un coup triple cette année pour Frakas, également nominé dans les catégories Meilleur film étranger en coproduction pour Atlantique, et producteur d'un film nominé en Meilleur court métrage de fiction, Bruxelles-Beyrouth.